Les Amoureux de la Bretagne
Les Amoureux de la Bretagne
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Rencontre entre Amoureux de la Bretagne
 
AccueilS'enregistrerConnexion

 

 Marion du Faouët

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 27 Avr 2005 - 17:58

Marion du Faouët


Le XVIIIe siècle commence misérablement en Bretagne. A la famine s'ajoute la fièvre chaude qui décime la population. Dans une famille pauvre du Faouêt, naît le 6 mai 1717 un troisième enfant, une fille comme on espérait. s'ouvre alors un chapitre hors du commun de l'histoire de la Basse-Bretagne.
Un épisode digne des romans d'aventures, avec une jolie rousse dans le rôle principal. Une brigande de grands chemins dont les exploits feront trembler l'honnête bourgeois, frémir les petites gens, et dont la vie s'achèvera sur la potence, un soir de mai 1755 à Quimper. De Vannes à la pointe du Finistère, son nom est sur toutes les lèvres : Marie Tromel, dite Marion du Faouêt. c'est probablement ici qu'Alain Barbetorte, vainqueur des Normands en 936, choisit de construire un donjon.
On raconte qu'à la naissance de la petite Marie, un chien aboya longuement cette nuit-là. «Il jappe aux étoiles», expliqua le père, Phélicien, en se versant une rasade de cidre. «ça veut dire que ta fille fera de grandes choses», ajouta la Naïk qui faisait office de sage-femme, «mais en mal car la lune n'est pas encore levée». Certes, la matrone ne pouvait mieux dire.
Sur les pas du savetier
Phélicien Tromel est ouvrier agricole et loue ses bras à la journée. Un état de vie proche de l'indigence. Gagner son pain est au sens propre le moteur de son existence. Vivre !
Très tôt Marion prend conscience, à sa manière, de cette absolue nécessité. A sept ans, elle chaparde aux étalages sur les marchés, rançonne garçons et filles de son âge, détrousse déjà les passants.
Néanmoins, c'est sur les routes que, quelques années plus tard, elle va donner la pleine mesure de ses talents, à l'exemple d'un savetier du pays reconverti dans le brigandage par la grâce du sieur de la Fontenelle de triste mémoire.
Bonne chrétienne, pour sûr elle l'est la Marion, mais autoritaire et rouée comme pas deux. Avec ses yeux gris, sa chevelure flamboyante et son visage parsemé de taches de son, elle mène tout le monde à la baguette. On la surnomme Finefont, ce qui signifie fine et rusée.
Chef de bande
Le Véhut est un petit village proche de la chapelle Sainte-Barbe, sur les bords de l'Ellée, à un kilomètre environ du Faouêt. c'est là que, dans les premiers temps, la belle Marion va établir son quartier général et exercer sa coupable industrie.
Le jour, de porte en porte elle vend avec sa mère de la mercerie, soustrait au passage le gousset de quelque notable endimanché et la nuit cherche fortune à la tête d'une armée de gredins sans aveu.
Ils sont une douzaine à son service, corps et âmes dévoués. Tous portent des sobriquets : le Corbeau, la Gargouille, le Renard... Parmi eux se trouvent aussi ses frères, Joseph et Corentin. Aux favoris du moment, elle accorde ses faveurs et fait la grâce de partager sa couche. De ses amours passagères naîtront trois enfants.
Dénuée de scrupules, Marion se comporte en véritable chef de bande, malgré son incorrigible paresse. Une fois repérée, sa victime est dépouillée par la meute au premier coup de sifflet. Toutefois c'est à tort, semble-t-il, qu'elle sera accusée d'avoir du sang sur les mains. A l'exception d'un pistolet dérobé, qu'elle porte à la ceinture et dont elle ne fait jamais usage, son arme préférée est le bâton. Elle en joue avec dextérité pour amener à la raison les plus récalcitrants, y compris dans sa troupe pour mater une éventuelle rébellion.
Mieux vaut ne pas enfreindre son règlement. Elle seule a le droit de disposer du butin et d'en effectuer la répartition. Magnanime, il lui arrive tout de même d'épargner les nantis de ce monde pour les besoins de sa cause, à charge de revanche naturellement.
Un bout de ruban tient lieu de sauf-conduit au bénéficiaire pour circuler à l'avenir librement.
Ripaille et libertinage
Vivre ! De cet impérieux besoin qui a marqué son enfance, Marion entretient d'une certaine manière le souvenir. Mais le temps n'est plus pour elle de partager avec les siens une maigre pitance. La libertine fait à présent bombance avec ses prises, se réservant la meilleure part. Et si d'aventure l'argent ou la bonne chère vient à manquer, une expédition dans un poulailler ou sur un marché voisin y pourvoit.
d'avoir trop souffert de la faim, la fille de Phélicien est devenue en quelque sorte croqueuse de diamants. Aussi est-ce en vain que la maréchaussée, une fois lancée à ses trousses, cherchera quelque trésor de guerre enfoui. Marion n'amasse rien, le produit de ses rapines est dilapidé au jour le jour.
Au demeurant, la maréchaussée n'est guère pressée de se mettre en travers de son chemin. La belle a plus d'un tour dans son sac. Si les représentants de l'ordre sont personnellement à l'abri de ses représailles, du moins ont-ils tout à craindre pour les plaignants. Un malheur est si vite arrivé par les temps qui courent.
Fouettée et marquée au fer rouge
Hélas pour Marion toute chose a une fin. A peine a-t-elle touché la trentaine que déjà le vent commence à tourner. Arrêtée avec quatre de ses complices, elle comparaît devant les juges d'Hennebont qui la condamnent à être fouettée et marquée au fer rouge. La sentence sera exécutée à Rennes sur la place publique en 1746. Après quoi elle recouvre la liberté. Encore s'agit-il d'une liberté relative puisqu'assortie d'une interdiction de séjour dans son pays.
Photo : En prenant un bain dans l'étang de Priziac proche de chez elle, Marion fit la connaissance d'un certain Henri Pezron, dit Hangiven, qui devint le favori de son équipe. Ils scellèrent leur pacte d'union en mélangeant leurs sangs devant la chapelle Saint-Fiacre un jour de pardon.
Mais la brigande n'en a cure. Elle détient d'une bohémienne des pouvoirs surnaturels. Bravant l'interdit, elle retourne donc au Faouêt, comme si de rien n'était. Erreur fatale ! Car si elle peut toujours compter sur la fidélité de ses compagnons, en haut lieu ses protecteurs, soucieux de leur avenir, vont désormais lui tourner le dos.
Se sentant suivie, enceinte une deuxième fois elle se réfugie dans une maison d'Auray un soir de juin 1748. Informée de sa présence, la maréchaussée la surprend en compagnie de sa fille et d'une autre jeune femme.
Transportée dans une auberge voisine, on découvre sur elle huit écus de six livres de provenance douteuse. Un seul lui est laissé et elle accouche dans la nuit. écrouée à Vannes le lendemain, elle saura toutefois trouver devant ses juges les mots qu'il faut pour être aussitôt libérée.
Du cachot au gibet
Quatre nouvelles années vont s'écouler avant qu'elle ne retourne en prison. A Carhaix d'abord, à Quimper ensuite. Mais ce bel oiseau n'est pas du genre à vivre en cage. Elle s'en évade avec un de ses comparses, dans la nuit du neuf au dix septembre 1752, après avoir scié les barreaux de sa cellule. Puis elle repart à l'aventure.
Cependant l'ombre du bras séculier de la Justice plane sur elle. Marion se cache à Saint-Thois, Laz, Châteauneuf-du-Faou. Finalement elle est arrêtée à Nantes comme vagabonde. c'est le commencement de la fin.
Transférée à Quimper, la Finefont réintègre le cachot de la rue Obscure. Une sorte de caveau aménagé dans le sous-sol d'une prison construite à l'angle de la rue Verdelet.
17 mai 1755. Marion n'a plus que quelques heures à vivre. Interrogée par le sénéchal de Silguy dans la Chambre criminelle située au premier étage de la prison, elle nie tous les faits qui lui sont reprochés. Une bonne vingtaine au total, sans compter ceux dont le magistrat n'a pas connaissance. Dès lors, la sentence est inévitable. Marie Tromel est condamnée à être pendue et étranglée jusqu'à ce que mort s'ensuive. On la fait monter dans une charrette pour la conduire aux lieux du supplice. Il est six heures du soir. La foule se presse pour la voir. Elle est en chemise et porte trois cordes autour du cou. Aucun signe de compassion sur tous ces regards qui la dévisagent.
Puis, la potence se dresse devant elle. Le bourreau est là qui attend, un nommé Jacques Gloaêr. Marion descend de la charrette. Une cloche tinte au couvent voisin. Un frère Cordelier se précipite, crucifix à la main, pour l'exhorter à la prière. Elle ne l'entend pas. A-t-elle au moins quelque chose à dire ? Oui ! Elle se repent publiquement.
Tout est consommé ! Ne reste plus qu'un corps pantelant qui se balance entre ciel et terre. Celui de Marion du Faouêt. Elle venait d'avoir trente huit ans.



MARION DU FAOUêT
REFRAIN
Marie la rousse, la Tromel
Marie brigande, la rebelle
Marie la tendre jouvencelle
Marion du Faouêt la belle.

Dans d'autres temps, de par chez nous,
Naissait fillette aux cheveux roux,
Regard malice, et corps girond,
Qu'on appela Marion.

Dans nos villages de Bretagne,
De l'océan jusqu'aux campagnes,
Pour pauvres gens, plus guère de grains,
Vides, étaient nos moulins.

Vois-tu marcher tous ces mendiants,
Peiner les femmes et les enfants,
Ils ont si faim, ils ont si froid,
Justice, Marion fera.

Entends-tu les gueux gémir,
Tous ces malades qui vont mourir,
Famine et peste ou choléra,
Justice, Marion fera.

REFRAIN

Un jour, trouva son bel amant
Se baignant nu dedans l'étang,
Le grand amour du fier Henry
Partagerait sa vie.

Si vous avez les poches pleines
Ou bien garni le bas de laine,
Détournez-vous de la région
De la belle Marion.

Et galopant dans les chemins,
Il s'en allèrent vers ce destin,
Voler les riches pour les gueux,
Ensemble il firent ce voeu.

Car dÕHennebont jusquÕà Faouêt,
La compagnie Finefond les guette,
Les gros marchands riches et gras
Seigneurs et gens de foi.

REFRAIN

A tous les braves et bons garçons,
Elle donnera, signé Finefond,
Un intersigne de sa loi
Qui les protègera.

Et si vous êtes un beau seigneur,
A l'âme tendre et au grand coeur,
Elle viendra dans votre maison,
Pour son plaisir, Marion.

Un jour, Lankou vînt à frapper
Dedans sa porte pour lÕarrêter,
Elle attendra dans son cachot
La corde et le bourreau.

Quand de nos jours la nuit descend,
Sous vieille halle, cogner jÕentends
Sabot de fer, galop rebelle,
CÕest la Marie Tromel.

REFRAIN
Revenir en haut Aller en bas
-Jean-Pierre-
Rang: Administrateur
Rang: Administrateur
-Jean-Pierre-

Masculin
Nombre de messages : 11377
Age : 61
Date d'inscription : 14/10/2004

Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 27 Avr 2005 - 18:23

Merci pour ce bout d'histoire Wink

_________________
- Jean-Pierre -
Marion du Faouët Banani10

"Bénodet fait penser à la Côte d'Azur car voici son climat, ses figuiers, son ciel pur."
Apollinaire 1917
Revenir en haut Aller en bas
http://www.bretagne-web.net
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 27 Avr 2005 - 21:07

Merci pour la légende.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMar 8 Avr 2008 - 15:55

j'aime beaucoup l'histoire de Marion, j'ai téléchargé sa véritable histoire et son procès
si vous êtes intéressé....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyLun 14 Avr 2008 - 6:00

j'ai juste lu le livre et çà m'a bcp plu!!! thumright
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marie Tromel   Marion du Faouët EmptyDim 18 Mai 2008 - 19:22

Très jolie page sur la belle Marie Tromel, dite la Finefond.
En complément, voici sa véritable histoire d'après J.Trévedy ancien président du Tribunal civile de Quimper (1884)
http://kergranit.free.fr/Textes/Marie%20Tromel.htm
Bonne lecture !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyDim 18 Mai 2008 - 22:15

Merci héol pour cette histoire que je découvre aujourd'hui.
Mais pourquoi dit-on que c'est une légende si elle a vraiment existé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyDim 18 Mai 2008 - 22:43

Marion du Faouët a réellement éxistée (Voir le message précedent). Il ne s'agit pas d'une légende et le pays Pourlet (région de Guémené) s'en souvient très bien. Ce fut la première femme "chef de bande" en France.
Les anciens, que j'ai connu dans ma jeunesse, narrent encore ses "exploits" de génération en génération...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyVen 23 Mai 2008 - 18:11

Celle là je connaissais pas : j'aime bien ! Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMar 10 Juin 2008 - 21:53

kergranit a écrit:
Marion du Faouët a réellement éxistée (Voir le message précedent). Il ne s'agit pas d'une légende et le pays Pourlet (région de Guémené) s'en souvient très bien. Ce fut la première femme "chef de bande" en France.
Les anciens, que j'ai connu dans ma jeunesse, narrent encore ses "exploits" de génération en génération...
je confirme, habitant moi-même le Pays Pourleth, et c'est vrai que notre Marion reste toujours présente chez nous. Je l'admire cette femme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMar 10 Juin 2008 - 22:07

Oui, je confirme à nouveau...
Que de souvenirs dans ce pays enclavé et plein de traditions...
Elle vécut au Véhut, cette belle Marion...
Le pays Pourlet !!! Locmalo, Guémené et Lignol où je me suis marié...
J'espère Grenouille que tu as visité l'église de Locmalo... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMar 10 Juin 2008 - 23:08

kergranit a écrit:
Oui, je confirme à nouveau...
Que de souvenirs dans ce pays enclavé et plein de traditions...
Elle vécut au Véhut, cette belle Marion...
Le pays Pourlet !!! Locmalo, Guémené et Lignol où je me suis marié...
J'espère Grenouille que tu as visité l'église de Locmalo... Very Happy
pas encore mais ça ne saurait tarder
j'étais à Priziac, Plouray, St Tugdual, Le Croisty et St Caradec-Tréglomel ce matin
je vais aller demain à Guémené en passant par Lignol!!! j'aurai une pensée pour toi! promis
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 11 Juin 2008 - 10:11

Voici une page de mon site sur l'église de Locmalo...
http://kergranit.free.fr/Textes/Locmalo.htm

Connais-tu la chapelle Saint-Yves en Priziac ? et celle de Saint-Nicolas ?
L'andouille de Quidu me manque dans ma région !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 11 Juin 2008 - 13:04

kergranit a écrit:
Voici une page de mon site sur l'église de Locmalo...
http://kergranit.free.fr/Textes/Locmalo.htm

Connais-tu la chapelle Saint-Yves en Priziac ? et celle de Saint-Nicolas ?
L'andouille de Quidu me manque dans ma région !
bien sûr que je les connais!!! c'est vrai qu'on a de la chance d'avoir pleins de chapelles trsè mignonnes dans le coin, c'est génial pour les balades!!!
ah l'andouille de Guémené!!! avec une vraie purée de pommes de terre, le régal Mr.Red mince j'ai faim maintenant geek
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 18 Juin 2008 - 15:05

Alors, voici ma page sur la chapelle Saint-Yves en Priziac : les 7 péchés capitaux sur la tribune néo-gothique...Cette page te rapellera ce que tu as vu dans cette petite chapelle du merveilleux pays Pourleth.

http://kergranit.free.fr/Textes/Saint-Yves.htm
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët EmptyMer 18 Juin 2008 - 18:00

Merci Kergranit!!!! dès que j'ai du temps, je retournerai voir les chapelles de chez nous
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Marion du Faouët Empty
MessageSujet: Re: Marion du Faouët   Marion du Faouët Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Marion du Faouët
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Amoureux de la Bretagne :: La Bretagne, ses traditions, ses fêtes, sa musique :: Contes, légendes, littérature bretonne-
Sauter vers: