Les Amoureux de la Bretagne


Rencontre entre Amoureux de la Bretagne
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 "Traduction" de nom de famille

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
dreo54
Utilisateur Confirmé
Utilisateur Confirmé


Masculin
Nombre de messages : 228
Age : 56
Ville : val d'Euron
Département/Province/Pays : Lorraine
Date d'inscription : 05/04/2013

"Traduction" de nom de famille - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Traduction" de nom de famille   "Traduction" de nom de famille - Page 2 EmptyMar 28 Mai 2013 - 22:45

Ça y est, je réponds enfin ! (je viens de voir en rentrant du travail que j'avais oublié de déconnecter !). Pour savoir qui parle patois dans les Hautes-Vosges, c'est difficile, voici pourquoi. En Lorraine, on a coutume de dire que le patois ne se parle plus depuis 1930 : c'est vrai pour mon village natal, ma trisaïeule, décédée en 1930 était une des dernières à s'exprimer uniquement en patois lorrain alors qu'à Clayeures, le village à 3 kms de là, quelqu'un m'a assuré que son oncle lui parlait encore patois dans les années 60. La grand-mère de Drouville (54) chez qui j'allais les dimanches pour apprendre à le parler ne l'employait qu'avec son frère (ils étaient les deux derniers patoisants du village). Elle est décédée en 2000, comme d'autres patoisants du Lunévillois que je connaissais. Mais en 2011, pour le livre "Langues de Lorraine - Tome 1 : Patois Lorrain", j'avais écrit quelques pages et mis des témoignages dont 1 d'un jeune d'Athienville de 30 ans que je connaissais. Dans son témoignage, il dit qu'il avait souvent entendu les vieilles personnes parler patois, qu'il l'avait appris avec sa grand-mère et avait toujours autant de plaisir à le parler avec elle. Mais je pense qu'Athienville doit être un cas isolé. Dans les Hautes-Vosges, on le parlait encore au début des années 50 mais là, cela dépend aussi des villages et des personnes, certains - villages ou personnes - étant plus "patois" que d'autres. Dans le groupe de patois de Neuvillers-sur-Fave, il y 6/7 bons patoisants, les autres comprennent le patois. En fait, les leçons de notre prof servent à préparer la pièce de théâtre qu'ils jouent chaque année à Neuvillers. Les premières années, tout était en patois mais seuls les spectateurs âgés comprenaient, donc maintenant c'est une pièce de théâtre en patois et une autre en français régional et aussi quelques histoires en patois à l'entracte. Mais comme le dit Kerdehoret, le patois, c'est plutôt dans le cadre familial (exemples ci-dessus) ou privé mais en général, ce sont plutôt quelques phrases qu'une réelle conversation. Le patois peut revenir également sous le coup de l'émotion (colère, énervement, inquiétude), on revient à sa langue maternelle ou bien à la langue qu'on a entendu étant petit : je me rappelle mon père qui disait : y è tojos yèque que n'vè-m' : il y a toujours quelque chose qui ne va pas ou cè n'vè-m', mo feus ? : ça ne va pas, mon fils ? une fois que j'étais malade.
Revenir en haut Aller en bas
dreo54
Utilisateur Confirmé
Utilisateur Confirmé


Masculin
Nombre de messages : 228
Age : 56
Ville : val d'Euron
Département/Province/Pays : Lorraine
Date d'inscription : 05/04/2013

"Traduction" de nom de famille - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: "Traduction" de nom de famille   "Traduction" de nom de famille - Page 2 EmptyMer 29 Mai 2013 - 8:58

[/quote]
Je connais des Vosgiens d'un peu partout, ils parlent français, même entre eux.
Qu'en pense dreo54 ?[/quote]

C'est là qu'on peut parler de langue muette, si les gens ne parlent pas patois, ça ne veut pas dire qu'ils ne connaissent plus. Ainsi, une grande-mère de mon village que je voyais tous les jours étant jeune et à qui je ne manquais pas de souhaiter la bonne année (elle était de notre famille, sa grand-mère étant aussi ma trisaïeule !), j'ai su trop tardivement qu'elle parlait patois une fois qu'elle était en maison de retraite à 88 ans.
Plus près de chez Mimi54, Georges Tronquart dans son livre "Trois patois de la Colline inspirée" écrit qu'à Saxon en 1900, les enfants parlaient déjà français aux adultes, même aux patoisants monolingues et que les réunions du conseil municipal se sont tenues en patois jusqu'en 1910 (date à laquelle le Père Huriet, supérieur du couvent de Sion et qui n'était pas originaire du village, a été élu conseiller) mais qu'à Praye en 1923, les jeunes filles parlaient encore couramment en patois sur le bal à la fête du village. Dans son étude sur le patois de Fontenoy-la-Joûte (Baccarat), le village du livre, Henry Jacquot note qu'en 1970, le patois est encore employé par une douzaine de personnes. C'est pour cela qu'il est très difficile de dire quand on n'a plus parlé patois en Lorraine.

Je pense que c'est la même chose en Bretagne : Jean le Dû indique dans son livre qu'à Plougrescant que les personnes de 50/60 ans comprennent le breton mais ne le parlent plus. Ronan Koadig, lui, dan son étude sur le breton du Goélo, écrit qu'on ne parle plus breton sur le l'île de Bréhat. Mais dans l'Argoat, le breton semble mieux résister. Je connais quelqu'un de Plounévez-Moëdec de mon âge qui le parle parfaitement (je le sais parce qu'il écrit comme il parle !), l'ayant appris de ses parents.
Revenir en haut Aller en bas
 
"Traduction" de nom de famille
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Amoureux de la Bretagne :: Forom brezhoneg :: Le Breton (Français - Brezhoneg)-
Sauter vers: