Les Amoureux de la Bretagne


Rencontre entre Amoureux de la Bretagne
 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez
 

 Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales

Aller en bas 
AuteurMessage
Jeannotin
Utilisateur Fréquent
Utilisateur Fréquent


Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 25
Ville : Cléden-Poher
Département/Province/Pays : Kreis-Breizh
Date d'inscription : 28/07/2016

Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty
MessageSujet: Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales   Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales EmptyLun 9 Avr 2018 - 19:57

Toutes les variétés du breton présentent des traces des particules verbales a, e, o et ne. Elles sont cependant très souvent soumises à l'élision et ne laissent alors comme trace que la mutation de la consonne initiale du verbe qu'elles précèdent. L'élision de la particule négative ne est un cas particulier du cycle de Jespersen, connu dans beaucoup de langue et notamment en français populaire. Les tentatives de normalisation de la langue bretonne ont toujours collé au français littéraire en imposant le rétablissement systématique à l'écrit (et dans l'oral des néo-locuteurs de cette pseudo-norme) de ne et des autres particules verbales. Cependant, Steve Hewitt nous rappelle qu'un autre choix est possible, dans une remarque qui contredit curieusement ceux à qui le gallois sert d'argument d'autorité pour doter le breton d'une norme totalement séparée de l'oral :

A, e, o (é), ne (na) ne sont pas réalisés la plupart du temps en débit normal. Le gallois n'écrit les équivalents a, y, ni que dans les registres les plus formels, alors pourquoi pas le breton ?


"Réflexions et propositions sur l’orthographe du breton", La Bretagne Linguistique, 3, 1986-1987, pp. 41-54

Iwan Wmffre, qui cite Hewitt p.650 de son livre Breton Orthographies and Dialects: The Twentieth-century, ajoute que l'habitude de signaler l'élision de ces particules verbales par une apostrophe au début de chaque verbe conjuguée est à la fois inesthétique ("atrocious") et illogique, puisque ce n'est pas une partie du verbe lui-même qui est élidée.

Cela dit, mêmes les parlers du Centre-Bretagne, très évolués de ce point de vue, conservent de façon sporadique la particule verbale a :

Ar c'herseg zebè (a)naoñ un tamm bihen, pigur ar c'herseg a zrailhè (a)naoñ kwa heñ !
Les chevaux le mangeait un petit peu, puisque les chevaux le déchiquetait quoi hein ! (Kleden)
https://brezhoneg-digor.blogspot.fr/2017/01/dow-sort-prad-ar-vouilhenn-hag-tirien.html

Cependant, je ne vois pas de raison d'alourdir la langue écrite en usant de cette particule plus souvent qu'à l'oral. Il serait encore moins sensé de rétablir la particule e, complétement éliminée en Centre-Bretagne, et sa mutation mixte, qui jurerait terriblement dans la langue de ce terroir, où la mutation par lénition de la particule a est généralisée.
Revenir en haut Aller en bas
Kerdehoret
Amoureux de la Bretagne - Confirmé ! -
Amoureux de la Bretagne - Confirmé ! -


Masculin
Nombre de messages : 1139
Age : 39
Ville : Kliger
Département/Province/Pays : Bro Gwened
Date d'inscription : 05/04/2009

Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty
MessageSujet: Re: Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales   Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales EmptyMar 10 Avr 2018 - 19:20

L'avantage qu'il y a d'écrire les particules, c'est qu'au moins, les apprenants (et la plupart de ceux qui lisent des textes en breton sont des apprenants) voient d'où sortent les mutations.
Si on écrit : me oè falein gran, par exemple, ils vont chercher "falein" dans un dico et ils ne le trouveront jamais, évidemment.
De même, si on écrit: "ma zèbr ket en dra-sé, me fachei". L'apprenant va se demander pourquoi le d de dèbrein mute pas en t après "ma" comme c'est la règle (du moins à l'écrit et dans certains parlers).
Pour ma part, si on veut retranscrire la langue parlée, le mieux est au moins de mettre une apostrophe (pour le cas du vannetais ça va, il n'y a qu'une poignée de mots qu'on avale totalement: e, é, é, ne... la préposition é parfois) pour montrer qu'il y a un truc qui a disparu, ou bien, pour des transcriptions, écrire les particules entre parenthèses.

De toutes façons, la question ne se pose pas vraiment: ceux qui parlent des dialectes où on n'entend pas des particules, ne savent pas écrire en général, et même s'ils savaient écrire, pas sûr qu'ils écriraient comme ils parlent. Il y a une poignée de gens comme toi et moi qui écrivent comme ils parlent... on est pas nombreux. Quand à l'enseignement, on apprend aux élèves à écrire et à prononcer les particules, puisqu'il n'y en a que pour le breton soi-disant "unifié" qui n'est que du léonard bricolé et déformé, et en léonard, on prononce souvent les particules en question...
Autrement dit: la question ne concerne pas beaucoup de gens, du coup on peut faire un peu comme on veut Smile
Faut pas rêver: ceux qui utilisent le peurunvan (profs, écrivains...) ne vont jamais faire une réforme pour autoriser l'effacement des particules à l'écrit. Déjà qu'il est impossible de réformer des choses plus essentielles (mots avec étymologie fausse, consonne finale inadéquate, et j'en passe) vu l'ouverture d'esprit des intéressés, alors supprimer les particules...

En bas-vannetais, les trois particules écrites a, e et o/é en standard sont presque toujours muettes, et dans les rares cas où on les prononce, on les prononce toutes [ə] !
Revenir en haut Aller en bas
Jeannotin
Utilisateur Fréquent
Utilisateur Fréquent


Masculin
Nombre de messages : 31
Age : 25
Ville : Cléden-Poher
Département/Province/Pays : Kreis-Breizh
Date d'inscription : 28/07/2016

Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty
MessageSujet: Re: Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales   Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales EmptyMar 17 Avr 2018 - 21:13

Merci pour tes remarques, comme toujours très pertinentes. Je me rends mieux compte que la solution que je propose n'est optimale que pour les dialectes qui ne font plus la différence entre les particules a et e et qui ne connaissent plus la mutation mixte devant ma. Ainsi, il suffit de dire aux apprenants que quand un verbe est conjugué, il subit la mutation par lénition. La particule o/é provoque la mutation mixte des verbes à l'infinitif, et c'est la seule dont je note l'élision par une apostrophe.

La multiplication des apostrophes me semble vraiment à éviter. Outre que c'est pénible à lire et à écrire, cela réactive de mauvais réflexes chez les lecteurs scolarisés en français. Les seuls textes qu'on voit écrits ainsi en français sont des transcriptions de l'oral de personnages au français populaire ou patoisant, dans certains romans. Un texte breton avec trop d'apostrophes ne donne donc pas à un francophone l'impression de lire une vraie langue.

Sinon, évidemment que chacun écrit comme il veut, même si certains reçoivent beaucoup d'argent pour écrire selon des choix pas beaucoup moins personnels que les miens et sans doute beaucoup plus personnels que ceux du vannetais traditionnel. Je tente juste de convaincre un peu de monde en me basant sur des arguments scientifiques.
Revenir en haut Aller en bas
Kerdehoret
Amoureux de la Bretagne - Confirmé ! -
Amoureux de la Bretagne - Confirmé ! -


Masculin
Nombre de messages : 1139
Age : 39
Ville : Kliger
Département/Province/Pays : Bro Gwened
Date d'inscription : 05/04/2009

Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty
MessageSujet: Re: Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales   Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales EmptyMer 18 Avr 2018 - 12:30

Y a aussi un autre problème qui peut se poser quand on écrit les particules mais qu'on les prononce pas: les apprenants finissent par ne plus savoir quels sont les "a" et "e" qu'on doit zapper et quels sont ceux qu'on garde. Quand ils lisent, j'ai entendu des apprenants qui zappaient la préposition "a", le possessif "e" etc.

C'est vrai ce que tu dis sur le fait que les francophones croient ne pas lire une vraie langue quand il y a des apostrophes. Ils pensent que quand on écrit sérieusement, tout doit être écrit. Pourtant, en français on utilise pas mal d'apostrophes aussi ! l', c', n', t', m' ...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty
MessageSujet: Re: Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales   Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une remarque de Steve Hewitt sur les particules verbales
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thalictrum Delavayi 'Hewitt's Double'
» Hommage à Paul Newman (Tudor 79260) et à Steve McQueen (Tag Heuer Monaco Gulf)
» peindre des panneaux à particules...pour la commode de mon fils
» Hommage à Paul Newman (Tudor 79260) et à Steve McQueen (Tag Heuer Monaco Gulf)
» Mon premier ! Steve Andrews

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Amoureux de la Bretagne :: Forom brezhoneg :: Le Breton (Français - Brezhoneg)-
Sauter vers: